Se protéger des effets des ondes électromagnétiques
23 janvier 2019
LES VOIX D’HIVER VERSION GERMOIR
11 février 2019

Vous aimez la vie ? Peut-être pas autant que l’héroïne du roman de Franz-Olivier GIESBERT dans La Cuisinière d’Himmler.

« Je ne supporte pas les gens qui se plaignent. Or, il n’y a que ça, sur cette terre. C’est pourquoi j’ai un problème avec les gens. Dans le passé, j’aurais eu maintes occasions de me lamenter sur mon sort mais j’ai toujours résisté à ce qui a transformé le monde en grand pleurnichoir.
Jusqu’à mon dernier souffle et même encore après, je ne croirai qu’aux forces de l’amour, du rire et de la vengeance. Ce sont elles qui ont mené mes pas pendant plus d’un siècle, au milieu des malheurs et, franchement, je n’ai jamais eu à le regretter. »

J’ai trouvé ce livre dérangeant et perturbant parfois.

Il livre l’histoire passionnante d’une femme hors du commun dont la vie est un témoignage du XXème siècle et de ses horreurs.

Tout y passe : le génocide arménien, l’Allemagne nazie, la Chine de Mao et toutes les bassesses dont l’humanité est capable en terme d’esclavage et d’exploitation humaine.

Et pourtant, malgré ces thèmes graves et souvent tragiques, j’y ai trouvé un formidable hymne à la vie : une rage de vivre, un appétit de vie quasi-carnassier.

Et si c’était cela « mordre la vie à pleines dents » ?